Bambous, vous avez dit bambous ?


La semaine dernière, nous avons eu la joie d’avoir la visite d’Yves Meaudre et son épouse Annick. Yves Meaudre a été pendant plusieurs décennies Directeur Général de l’association Enfants du Mékong, association qui œuvre pour l’enfance défavorisée en Asie du Sud-Est. Cette visite nous a donné l’occasion de prendre conscience d’une chose essentielle :

de l’Asie à la Terre Ferme, il n’y a qu’un pas !

Pour la petite histoire, Etienne et moi-même nous sommes rencontrés à Bangkok (il y a bien longtemps ;-)), alors que nous étions tous deux volontaires (appelés bambous) pour l’association Enfants du Mékong…. Nous étions jeunes et inexpérimentés, et pourtant Yves Meaudre nous a fait confiance, ainsi qu’aux 20 autres « bambous » qui avaient décidé, comme nous, de partir servir en Asie pendant une année ou plus.

Ces années de volontariat à l’autre bout du monde nous ont permis de vivre une aventure humaine extraordinaire, de sortir de nos cadres respectifs, de découvrir la richesse des plus démunis, de nous laisser toucher dans nos propres vulnérabilités, de découvrir notre essence.

Et pourtant, quels risques pour une association d’envoyer ainsi tous ces jeunes, certes pleins de bonne volonté, mais aussi pleins de tous les défauts qui caractérisent la jeunesse !

D’un point de vue professionnel, certains pourraient penser que ce modèle ne tient pas la route, que ce n’est pas sérieux, pas suffisamment efficace, voire même complètement fou. Sans doute n’ont-ils pas tout à fait tort, mais regardons les choses sous un autre angle…

Pour nous qui avons eu la chance de vivre cette expérience, nous pouvons témoigner à quel point elle a changé nos vies et largement contribué à modeler les adultes que nous sommes devenus aujourd’hui. Recevoir cette confiance nous a fait grandir, nous a donné de l’élan, nous a autorisé la prise de risques et le dépassement de nous-mêmes. Voilà ce qui nous inspire encore aujourd’hui et nous a décidé à sauter le pas vers La Terre Ferme. Mon cher Papa l’avait bien compris en nous disant « je vous fais confiance, vous n’en êtes pas à votre première aventure ! ».

Alors, MERCI à vous, Yves, pour cette confiance accordée et cet élan que vous nous avez donné pour en arriver là où nous sommes. Vous nous avez permis de nous sentir responsables, à notre petit niveau, de ce qui se passe dans le monde ou autour de nous, et d’y prendre notre part. Vous nous avez donné l’envie de croire que nous pouvions vivre pleinement ce qui donnait du sens à nos vies. La Terre Ferme n’existerait pas sans vous !

MERCI parce que vous aviez raison de dire « Bambous un jour, bambous toujours ! »

1+
179 Vues

tempus suscipit nunc dolor ante. Praesent ut dapibus
0